Visite du maquis de Saint-Marcel, le 25/01/209

Le Vendredi 25 Janvier nous sommes allés au musée du Maquis de la Résistance à Saint Marcel dans le Morbihan. Cette sortie a été organisée dans le cadre du concours national de la résistance et de la déportation. Le matin nous avons étudié la bataille du Maquis. Saint-Marcel, est un lieu où une bataille mortelle s’est déroulée. Ce terrain plutôt discret, nommé « baleine », a été créé pour recevoir des cargaisons d’armes. Le 18 Juin 1944, le maquis de Saint-Marcel est attaqué par les troupes allemandes. Malgré de forts soutiens aériens de la part des Américains, les hommes du maquis (environ 3000) se replient dans la nuit après une longue journée de bataille sanglante.

 

Quand nous sommes arrivés, un guide nous a fait une longue présentation (diaporama) sur le contexte historique de Saint-Marcel en 1944. Il a aussi parlé de l’opération « Overlord », qui est le nom de code donné à l’une des grandes batailles de la seconde guerre-mondiale qui permit aux Alliés d’ouvrir un nouveau front en Europe de l’Ouest. Cette présentation a duré environ 1h30. Celle-ci était vraiment bien expliquée et m’a permis de perfectionner mes connaissances sur la seconde guerre mondiale. Après cette présentation, nous avons fait une visite du musée Saint-Marcel. Celui-ci est composé de plusieurs salles avec divers thèmes sur la seconde guerre mondiale avec, par exemple, une salle dédiée à la vie durant la guerre, les habit

s des prisonniers de guerre, les armes utilisées ou encore la répression et l’organisation de la résistance en Bretagne. Il y a aussi une salle consacrée à la déportation où nous avons pu voir une tenue authentique de déporté.

 

L’après-midi nous avons travaillé sur la déportation. On nous a parlé de l’horreur des camps de concentration : comme Auschwitz I et III, Dachau…mais aussi des camps d’extermination comme Auschwitz-Birkenau, Belzec, Sobibor…Mais aussi dans des Einsatzgruppen. Nous avons vu les conditions de vie des déportés : les trajets effroyables, entassés dans des wagons, contenant une tinette et de la paille, les déportés vivaient dans la peur, la maladie, la froid, la faim, la soif. Ces déportés étaient des tziganes, des juifs, des malades… Les déportés étaient numérotés, tatoués, rasés, uniformisés par des vêtements ou des signes. Ils étaient considérés comme «inférieurs» par les nazis. Les c

amps étaient dirigés par des S.S. Certains déportés étaient destinés au travail forcé, comme les jeunes hommes. Les femmes, enfants et personnes âgées sont déportés, tués. En 1942, le régime nazi met en place la « solution finale » : l’extermination des déportés, la mise en place des fours crématoires et des chambres à gaz.

Les camps sont libérés en 1945 par les Alliés, qui découvrent l’abomination des camps.

Chloé Joubard et Tristan Perrin

 

Mon avis sur cette Journée : J’ai beaucoup aimé cette journée, qui nous a permis d’approfondir nos connaissances. Cette journée a été forte en émotions, en effet il est dur de s’imaginer que dans le passé des personnes ont vécu la guerre, la déportation. Ces découvertes nous ont permis d’ouvrir les yeux sur le passé.

Chloé Joubard

 

%d blogueurs aiment cette page :